La la land: dans la peau de Mia et Sebastian

La la land: dans la peau de Mia et Sebastian

En découvrant La la land pour la première fois au cinéma, on a tous surpris son voisin de fauteuil (ou bien l’on s’est surpris soi-même) à gigoter des pieds, se dandiner et claquer des doigts. On a tous rêvé de vivre dans la peau de ces beaux personnages, de faire nos premiers pas d’acteur à Hollywood ou de porter les magnifiques robes colorées de Mia, de conduire de grandes voitures américaines et de tomber amoureux le soir venu dans un club de jazz de Los Angeles, avant de danser sous le ciel étoilé. Voici quelques anecdotes et astuces pour prolonger votre séance de cinéma et vous glisser dans la peau de Mia ou de Sebastian (pas de jaloux!).

Le long-métrage, filmé en 35 mm pour donner son style vintage à l’image, rend hommage à un Los Angeles cinyque et plein de promesses, mais surtout haut en couleur. Le réalisateur Damien Chazelle a confié la responsabilité des décors à David Wasco et Sandy Reynolds-Wasco
pour restituer l’atmosphère particulière de la ville, atemporelle et propice aux fantasmes. Ils se sont ainsi notamment inspirés de peintres comme Ed Ruscha et David Hockney qui ont exploré la mythologie de Los Angeles, ou encore du fauviste Raoul Dufy, connu pour ses explosions de couleurs.

© Ed Rusha, Hollywood
© David Hockney, Mulholland Drive, The Road to the Studio
© David Hockney, Mulholland Drive, The Road to the Studio
© David Hockney, Pearblossom Highway
© David Hockney, Pearblossom Highway
© Raoul Dufy, Interieur à la fenêtre ouverte
© Raoul Dufy, Interieur à la fenêtre ouverte

La la land rend hommage de la même manière au cinéma hollywoodien comme au jazz. Un genre musical dont Justin Hurwitz, compositeur du film, a l’habitude. C’est lui qui, déjà, en 2014, avait composé la bande originale de Whiplash. « C’est un film très romantique, quoique empreint de mélancolie, décrit-il. Il exalte les sentiments les plus fous et il évoque les chagrins d’amour déchirants, si bien qu’il fallait que toutes ces nuances se retrouvent dans la partition« . Une atmosphère qui se ressent très bien dans Planetarium, pour moi le plus beau morceau instrumental du film.

@ La la Land
@ La la Land

Attention spoiler: dans la dernière scène du film, lorsque Mia s’imagine ce qu’aurait pu être sa vie auprès de Sebastian, on voit les deux amoureux se balader à Paris et entrer au Caveau de la Huchette, célèbre club de jazz de la capitale.  L’équipe du film ayant voulu reproduire le lieu à l’identique, même la petite porte au fond de la cave aurait été reproduite fidèlement ! Pour prolonger l’expérience après le film, on peut aller faire un tour dans ce lieu mythique, tout comme profiter des jams sessions en entrée libre dans quelques autres clubs fameux, tels que Autour de Midi et Minuit, le Café universel, le Sunset-Sunside, ou encore le Caveau des oubliettes.

© La la land
© La la land
© La la land
© La la land

Inspiré par Jacques Demy et les codes des comédies musicales des années 40, 50 et 60, Damien Chazelle a souhaité mêler à cette partition musicale ininterrompue une énergie qui tient en grande partie dans les couleurs vives des nombreuses (plus de cinquantes chacun!) tenues des deux protagonistes. Emma Stone arbore une jolie collection de robes vintage et acidulées, collant parfaitement avec l’atmosphère du film. « On a pensé à un bout d’essai qu’Ingrid Bergman a fait au tout début de sa carrière où elle porte une robe dos nu rose, explique la chef-costumière Mary Zophres. Mia porte une tenue similaire qu’on a dénichée dans une friperie vintage de la San Fernando Valley. C’est le genre de robe qu’on pouvait porter il y a cinquante ans, mais qu’on peut tout aussi bien porter aujourd’hui« . Je ne sais pas pour vous, mais en sortant de la salle de cinéma, j’ai eu quelques envies de shopping…

De gauche à droite: robe patineuse rose Asos, robe patineuse volantée bleue Asos, robe trapèze corail Tara Jarmon
De gauche à droite: robe patineuse rose Asos, robe patineuse volantée bleue Asos, robe trapèze corail Tara Jarmon

Si Ryan Gosling a appris le piano avec acharnement pendant plusieurs mois pour les besoins du film, il a aussi, tout comme sa partenaire, appris à danser à la perfection. Comme moi, vous aurez sans doute remarqué les chaussures – particulièrement discrètes – qu’il porte tout au long du film. Un modèle auquel la chef-costumière tenait particulièrement: « Elles étaient en vogue dans les années 40, mais il s’en dégage une vraie fantaisie, une grande légèreté et un amour de la vie. Pour moi, ces chaussures incarnent une forme de gaité et sont emblématiques de Sebastian car il est animé d’une vraie passion pour le passé. J’adorerais voir davantage d’hommes en chaussures bi-chromes dans la rue« . Les vrais de vrais pourront se les procurer ici. Méfiez-vous quand même, sans la maîtrise de la danse qui va avec, cela risque de faire tout de suite vachement moins classe.

© La la land
© La la land
© La la land
© La la land

La danse de Mia et Sebastian dans le planétarium, au milieu des étoiles, reste pour moi l’instant le plus romantique du film. Pour cette scène, la chorégraphe de La la land Mandy Moore a imaginé une chorégraphie « en apesanteur« , où Ryan Gosling et Emma Stone évoluent sur un câble. Si vous aussi vous souhaitez avoir des étoiles plein les yeux, vous pouvez faire un saut au planétarium de Paris, situé au sein du Palais de la découverte. Sous la coupole de 15 mètres d’envergure, vous pourrez observer un ciel artificiel, et revivre n’importe quel phénomène céleste depuis n’importe quel point de la Terre ou d’une autre planète, à n’importe quelle époque passée… ou future!

© La la land
© La la land

La la land, tourné en seulement 42 jours dans pas moins d’une quarantaine de lieux de Los Angeles, rend hommage à celle-ci à travers des séquences tournées dans des lieux mythiques comme l’Observatoire de Griffith Park, le Lighthouse Café de Redondo Beach, club de jazz depuis 1949, ou encore le Rialto Theatre, célèbre salle de cinéma de la ville. Pour terminer, voici une illustration de l’artiste Brian Miller, qui a eu la brillante idée de dessiner une carte mettant en lumière les lieux phares du film.

© Brian Miller, La la land Map
© Brian Miller, La la land Map

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *