Un week-end à Riga // A weekend in Riga

Un week-end à Riga // A weekend in Riga

Marcher dans les rues pavées de Riga par une froide matinée ensoleillée d’avril en profitant de l’atmosphère apaisée et inspirante du climat nordique. Puis s’enivrer à la tombée de la nuit du bouillonnement culturel et de l’agitation nocturne. Capitale culturelle de l’Europe depuis le 1er janvier (jour du passage de la Lettonie à l’euro), Riga attire de plus en plus de touristes et voit fleurir de plus en plus de cafés et de bars cosy. Dès ma première visite, j’ai ressenti un vrai coup de foudre pour cette ville. Voilà quelques idées à piocher pour un week-end idéal dans la capitale lettone.

Walking on the cobbled streets of Riga on a cold, sunny April morning whilst enjoying the peaceful and inspiring atmosphere of the northern climate. Fascinated at the dusk by the agitation of the night. The Cultural Capital of Europe since 1st January (the day Latvia adopted the Euro), Riga attracts an increasing number of tourists, cafes and cozy bars set up in the city. On my first visit, I fell in love at the first sight. Here are some ideas to pick from for an awesome weekend in the Latvian capital.

ruban latvia

Vendredi soir :

Pour ce premier soir à Riga quoi de mieux qu’une petite tournée des bars de la vieille ville. Le week-end, ceux-ci ne désemplissent pas. Le vrai bonheur, c’est de pouvoir se déplacer à pieds de bars en bars sans prendre le métro ou ni le bus, en ne marchant qu’une dizaine de minutes. Le tout sans rencontrer une seule voiture, mis à part les quelques taxis qui rodent autour des (nombreux) hôtels, et les taxi-vélos, sono poussée au volume maximum. Que l’on vienne de Paris ou de Londres, la rencontre avec une ardoise lettone est un choc: oui, la bière ne dépasse jamais les deux euros, et non, ici, le demi n’existe pas. Une bière, pour un letton, c’est une pinte. Là, on parle. Et en terme de bière, les Lettons ont de quoi être fiers. La nationale Aldaris Luksus a été sacrée en 2008 meilleure bière de sa catégorie par le jury de la World Beer Cup. Niveau timing, pas la peine de se presser. Ici, les riverains ne dictent pas encore leur loi et les bars restent ouverts quasiment toute la nuit.

On commencera donc par se chauffer au Rock café, mon premier et plus grand coup de cœur. Imaginez un lieu dans lequel vous changez d’ambiance à chaque fois que vous passez une porte. Une salle de concert et de dj set pour danser sur le dernier single de foals comme sur les tubes de Depeche Mode, un café-bibliothèque diffusant des clips des années 90, un fast-food à l’américaine, un café jazzy où l’on siroterait bien son whisky… Vestiaire obligatoire… et gratuit. Si vous n’êtes pas encore convaincu, sachez que l’endroit est ouvert de 9 heures à 7 heures du matin, ce qui fait qu’il y a toujours une occasion de s’y retrouver.

On file maintenant au French bar, en réalité nommé La Belle Epoque, rebaptisé en raison de la difficulté des Lettons à prononcer son nom. On y rentre en descendant les escaliers. A l’entrée de ce bar en sous-sol, on choisit sa musique dans le juke box. C’est à ce moment précis qu’on remarque que le patron, Français ayant quitté son Nord natal pour la jolie ville baltique, est un grand fan de Joe Dassin mais aussi de rap français. Au comptoir, entre deux brins de causette, il sera également un barman de bon conseil. Toujours bondé, c’est un des bars les moins chers de la vieille ville. C’est pour cette raison qu’on y croise essentiellement des étudiants, pas très sobres en général.

Après plusieurs pintes et quelques shots (pas trop, surtout) de Black Balsam, l’alcool local (préférez-le au blackberry, nettement plus digeste), il est temps d’aller se lover dans les fauteuils moelleux du Omas Briljants, que votre Mamie Paulette n’aurait pas reniés. Ici, chaque élément du décor est bien pensé. Les tapisseries, les abat-jours et les objets vintage s’accordent pour donner un look cosy à l’endroit sans pour autant le ringardiser. Au fond du bar, on se lance dans une partie de baby-foot pour se redonner un peu d’adrénaline avant d’aller bouger son corps sous la boule à facettes. Comme tous les vendredi, des djs renommés, parfois internationaux, s’affairent à vous faire danser dans la salle  située à l’étage, sur des styles de musique très variés.

En fin de soirée, si vous avez une petite faim, dirigez-vous vers le Delisnack, caverne d’Ali-Baba pour clubbers affamés. Au menu: hamburgers, pizzas géantes, burritos et autres cochonneries savoureuses. Ouvert 24/24 tous les jours de la semaine, vous y croiserez toujours du monde, même en pleine nuit. Prenez vos frites à la sauce garlic, et votre burger avec de l’avocat. 

Friday night:

For this first night in Riga, what better than roaming around the bars in the Old Town. On the weekends, they are always overcrowded. True happiness is to be able to go by feet from one bar to another, without having to take the subway or the bus, but just by walking only a dozen minutes. And without encountering a single car, apart from the few taxis that driving along past the (many) hotels,  or velotaxis with music playing at maximum volume. Whether you come from Paris or London, looking at a Latvian menu may be a shock : yes , beer never exceeds two euros , and no, the half beer  doesn’t exist. A Latvian beer is always a pint. Latvian people know how to live. And in terms of beer, they have much to be proud of. National Aldaris Luksus was crowned best beer in 2008 in its category by the jury of the World Beer Cup. No need to hurry. Time is never running out in Riga; residents do not dictate their law and bars stay open almost all night.

So let’s begin with a drink at the Rock café, my favourite one. Imagine a place where your mood changes every time you go through a new door. A concert hall and a dancefloor  for dj sets  to shake on the last single of Foals like on Depeche Mode hits , a coffee-library broadcasting clips of the 90s, an American fast-food diner, a jazzy cafe where you can have a whiskey  and a compulsory and free cloakroom. If you are not yet convinced , notice that the place is open from 9:00 till 7:00.

Let’s walk now to the French bar, actually called La Belle Epoque, renamed because of the difficulty Latvians had pronouncing its name. Go downstairs.  In the basement, select a music from the jukebox. It is at this point that we note that the boss, who left his native North of France for the beautiful Baltic city, is a big fan of Joe Dassin but also of French hip hop. He will also turn out to be a bartender with good advice. Always crowded, this is one of the cheapest bars in the Old Town. That’s why there are mostly students , in general not very sober.

After several pints and some shots (not too many) of Black Balsam, a local alcohol (preferred with blackberry taste, as it’s much more digestible), it is time to go and curl-up in the armchairs of Omas Briljants, which your Granny wouldn’t have said no to. Here, each element of the decor is well thought out. Tapestries, lampshades and vintage items give a cozy look to the place without turning it old-fashioned. Play baby-foot and then, go dancing under the mirrorball. Every Friday , renowned DJs , sometimes international , are working to make you dance in the room upstairs , to different styles of music.

Before going to bed, head to the Delisnack; Ali Baba’s cave for hungry clubbers. On the menu: burgers , giant pizzas, burritos and other tasty junk food . Open 24/7, you will always come across people, even at night. Take your chips with garlic sauce, and your burger with avocado.

Omas Briljants

Samedi :

Riga n’est pas la ville idéale pour faire du shopping. Les enseignes sont les mêmes qu’ailleurs, et aux mêmes prix. Mais si vous souhaitez rapporter un souvenir vraiment typique, allez faire un tour dans la boutique Ogres Trikotaza, pour ses vêtements en laine d’agneaux fabriqués en Lettonie, dans la ville d’Ogre. Ensuite, promenez-vous dans les ruelles de la vieille ville et dénichez un joli bijou en ambre baltique, l’un des gisements les plus renommés du monde.

Il est midi, l’heure de déguster une salade typiquement lettone et diablement bonne ! Voici la recette, très simple à reproduire chez soi:

Ingrédients:

Pour 6 personnes:

-250 grammes de hareng à l’huile

-1 oignon rouge

-3 grosses pommes de terre

-2 grosses betteraves

-3 carottes

-5 oeufs

-150 ml de mayonnaise

-aneth

 

Saturday:

Riga is not the ideal city for shopping. The brands are the same as elsewhere, at the same prices. But if you really want to bring a typical souvenir back, have a look on the Ogres TRIKOTAZA shop for lamb wool clothes produced in the Latvian town of Ogre. Then, stroll through the narrow streets of the Old Town and unearth a pretty jewel in Baltic amber, one of the most famous deposits in the world.

It’s noon; time to enjoy a typical Latvian and devilishly good salad! Here’s the recipe, and it’s very easy to reproduce at home:

Ingredients:

For 6 people:

-250 Grams of herring in oil

-1 Red onion

-3 Large potatoes

-2 Large beets

-3 carrots

-5 eggs

-150 Ml of mayonnaise

-dill

ingrédientssaladelettone-R

Recette:

– Faire cuire les pommes de terre, les carottes et les oeufs dans l’eau bouillante, et les laisser refroidir

– Couper le hareng, l’oignon, les pommes de terre, les carottes les betteraves et les oeufs en petits morceaux.

– Dans un plat transparent, répartir d’abord le hareng au fond, puis ajouter l’oignon en couche supérieure.

– Placer ensuite les pommes de terre en tassant le mélange. Saler, poivrer. – Placer les carottes, suivies des betteraves puis des oeufs mélangés à la mayonnaise. Saupoudrer d’aneth.

– Couvrir et laisser reposer la salade au réfrigerateur pendant plusieurs heures avant de servir.

Recipe:

– Cook the potatoes, carrots and eggs in boiling water and let cool

– Cut herring, onion, potatoes, carrots, beets and eggs into small pieces.

– In a baking tray, spread herring at the bottom first, then add the onion as the top layer.

– Then place the potatoes in the packing process. Add salt and pepper.

– Place the carrots, beets followed then mixed eggs with mayonnaise. Sprinkle with dill.

– Cover and chill the salad in refrigerator for several hours before serving.

saladelettonne-R

C’est ensuite le moment de se promener le long de la Daugauva, le fleuve qui traverse Riga, en machouillant les caramels typiques fondants et délicieux, les Skriveru Gotina. Essayez-vous au letton en lisant les poèmes traditionnels imprimés à l’intérieur du papier de bonbon, doux rappel des proverbes hautement philosophiques cachés à l’intérieur des papillottes de noel: « Man bij’ viena balta govs. Tā man labi pienu deva. Kūtī ragi neiegāja, ķipī piena gan saslaucu. Jāņa māte sieru sēja Deviņiem stūrīšiem- šim stūrīts, tam stūrīts, Jānīšam viducīts. »

C’est difficilement traduisible, mais en gros ça parle de vache et de bon lait. Et le principal, c’est que le caramel que l’on est en train de dévorer est monstrueusement bon. A propos de confiserie, une jeune fille lettone (celle qui pose dans le salon de thé, un peu plus bas ) m’a fait goûter des truffes à la framboise. C’est bien simple, le paquet n’a duré que deux jours. On en concluera donc que la marque, Pure chocolate, porte plutôt bien son nom.

Then it is time to walk along the Daugauva, the river that runs through Riga, chewing typical fluxes and delicious caramels, the Skriveru Gotina. Try to read traditional Latvian poems printed inside the sweet paper, which remind of the highly philosophical proverbs hidden inside the Christmas sweets: « Man bij’ viena balta govs. Tā man labi pienu deva. Kūtī ragi neiegāja, ķipī piena gan saslaucu. Jāņa māte sieru sēja Deviņiem stūrīšiem- šim stūrīts, tam stūrīts, Jānīšam viducīts. »

It’s difficult to translate, but basically it’s about cows and good milk. And the main thing is that the caramel is monstrously good. A young Latvian girl (the one in the photo in the tea room, a little further down) offered me raspberry truffles. The packet lasted only two days, so we will conclude that the brand Pure chocolate, is rather well-named.

bonbons vache

Après cette petite promenade, on emmène son copain/son meilleur pote se faire tailler la barbe et couper les cheveux chez Chop chop. Dans les rues de Riga, la hipsterisation de la ville se mesure au nombre de têtes rasées sur les côtés et grande mèche au-dessus de la tête assortie. Dans ce salon 60’s-70’s pour homme, on peut renouveler son stock de gel à moustache, ou bien se détendre lors d’une partie de baby-foot. Et plutôt que de s’ennuyer avachi dans le canapé, on patiente en vidant un shot de jaggermeister généreusement offert par la maison, tout en feuilletant les beaux bouquins et magazines retro à disposition.

After this little walk, take your boyfriend / best friend for a hair cut or beard-trim at Chop Chop. In the streets of Riga, the hipsterisation of the city can be measured by the number of heads shaved on the sides. In this 60’s-70’s hairdressing for men, you can renew your stock of moustache gel, or relax with a game of table football. Rather than be bored slumped on the sofa, have a shotof jaggermeister, generously offered by the owner, whilst flipping through beautiful books and retro magazines.

Chop Chop

Pour les besoins de cet article, mon pote letton Einars s’est jeté à l’eau. Après moults tergiversations et un dilemme poignant entre une coupe à la Macklemore ou à la Jon Hamm dans Mad men, c’est finalement pour la deuxième option qu’il s’est décidé. Clac, clac, vingt minutes plus tard et 17 euros en moins dans le portefeuille, voilà le résultat. 

For the purposes of this article, my Latvian buddy Einars took the plunge. After a lot of hesitations and harrowing dilemma between a Macklemore’s or a Jon Hamm’s cut (in Mad men), he finally opted for the second choice. Clack, clack, twenty minutes later and 17 euros less in the wallet, this is the result.

einarschopchop1

Chop Chop

Avant/Après
Before/After

C’est déjà l’heure du goûter ! On fait un petit détour par Ze Donats. Impossible de ne pas craquer devant cette multitude de donuts, aux couleurs et aux goûts plus alléchants les uns que les autres, pour quelques centimes seulement la pièce! Dans ce café aux canapés confortables et aux allures de bar sans alcool, des jams sessions sont organisées chaque semaine. On s’y rend de préférence au moment des happy hours, et à la caisse, on ferme les yeux histoire de ne pas repartir avec EN PLUS de nouvelles boucles d’oreilles en forme de donuts.

It’s already tea time! We made a small detour by Ze Donats. Impossible to resist in front of the multitude of donuts, colours and the attractive tastes, for just a few cents each! In this cafe with comfortable sofas and a bar like atmosphere yet without alcohol, jam sessions are held each week. Come at happy hours, and close your eyes at the bar, so as not to leave with new donut shaped earrings.

Ze Donats

La nuit commence déjà à tomber. Maintenant qu’on a le style, on peut se permettre d’aller traîner nos boots au Taka, à l’ambiance jazzy. Au bar, on commande une bière douce et sucrée, qu’on accompagne d’un plat végétarien.

Puis on file au Kaņepes Kultūras centrs (traduire Centre culturel du Cannabis, oui oui, les Lettons n’ont peur de rien). Si l’énorme lion en pierre à l’entrée n’était pas si impressionnant, il serait difficile de repérer ce bar plutôt discret. On s’asseoit dans une des immenses salles aux petites tables minimalistes mais aux jolis motifs, éclairées par de mignons petits photophores. Pour vous rendre compte du succès de l’endroit, il était plein à craquer un mardi soir, alors qu’il se situe à un endroit franchement paumé en périphérie de la vieille ville. Quand on en a marre de grignoter des nachos en sirotant des jus de fruit bio, on se lance dans une partie de palet (vous avez dit hipster?!). On monte ensuite à l’étage pour bouger sur le dancefloor sur de l’électro hype.

Night already begins to fall. Now we’re stylish, so we can afford to go hang about at Taka, for its jazzy atmosphere. At the bar, grab a soft and sweet beer, with a vegetarian dish; they’re great.

Then, let’s go to the Kaņepes Kulturas centrs (translates as Cannabis Cultural Centre, yeah, Latvians are not afraid of anything). If the big stone lion at the entrance was not so huge, it would be difficult to identify the rather discreet bar. We sit in a huge room with small minimalist tables, but with beautiful patterns and lit by cute little lanterns. The place was overcrowded on a Tuesday night, although it’s hidden on a street, very far from the city centre. When you get bored of eating nachos and sipping organic juices, you have the chance to play pucks (you said hipster, huh?). Then why not go upstairs and groove on the dancefloor to the hype electronic music.

IMG_7958

Kaņepes Kulturas centrs

Après s’être pris une grosse râclée au palet, donc, retour à la old town, direction le Spacedog pour aller se trémousser sur les sons des djs locaux, avant d’aller se poser au long bar tout en bois de l’immense cave voûtée en pierre de l’Ala Bar.

After being thrashed on puck, it’s back to the Old Town, to go dancing at Spacedogs to the sounds of local djs, before going to have a last drink at the long wooden bar in the huge vaulted stone cellar of the Ala Bar.

Dimanche :

Après une nuit de sommeil bien mérité, on continue à profiter de la ville. Parce que le dimanche, en Lettonie, la plupart des lieux restent ouverts comme les autres jours de la semaine. C’est décidé, aujourd’hui, c’est cocooning. L’occasion de découvrir les cosmétiques lettons
Attirance et Madara, qui s’exportent de plus en plus à travers le monde, ce qui n’est pas sans raison. Composées d’extraits de fruits et de plantes baltiques bio, leurs textures et leurs odeurs sont super agréables, sans être chimiques ni pour autant puer le bouillon de légumes ou les vieilles algues pourries.

Le shopping, ça creuse. On s’accorde une petite pause en fin de matinée chez De Gusto, adorable salon de thé, là encore joliment décoré. On se choisit un en-cas parmi les nombreuses pâtisseries salées et sucrées. Je conseille le croissant rond et plat au beurre avec des graines de pavot et du chocolat fondu par-dessus: un délice (ne me demandez pas le nom, de toute façon vous seriez incapables de le prononcer).

Sunday : 

After a well-deserved night’s sleep, let’s continue to enjoy the city. Because on Sunday, in Latvia, most places stay open as the other days of the week. It is decided, today is cocooning. The opportunity to discover Latvian cosmetics Attirance and Madara, who export more and more around the world. And there are good reasons for that. Composed of fruit extracts and organic Baltic plant, the textures and scents are super nice, without stinking of vegetable broth or old rotting seaweed.

Shopping makes you hungry. Let’s have a little break in the late morning at De Gusto, an adorable and nicely decorated tearoom. We chose a snack from the many sweet and savoury pastries. I suggest the round butter croissant with poppy seeds and melted chocolate over: a delight (do not ask me the name, anyway you would no doubt be unable to pronounce it)!

De Gusto

A midi, on joue les explorateurs et l’on s’engouffre dans la tour d’Origo où l’on prend un ascenseur caché derrière une porte. On monte ensuite jusqu’au Neo Skybar pour déguster burgers, sushis et s’enfiler des cocktails au litre. Le tout, avec une superbe vue d’ensemble sur Riga.

Avant de clore tout doucement ce week-end, on s’empreigne de l’esprit nordique en se calant dans l’une des deux adorables Tea House, ces petites maisons en bois où l’on déguste son thé assis par terre sur des coussins, face à une baie vitrée laissant apparaître la ville. Avis aux indécis, la liste de thés est affolante! Je conseille le Pavasaris (Printemps, en letton), accompagné d’un gâteau aux cacahuètes fourré au caramel. 

At noon, play explorers and rush into the Origo tower, take a hidden lift behind a door, then rise to Neo Skybar to enjoy burgers, sushi and litres of cocktails-all with a great overview of Riga.

To gently end this weekend, immerse yourself of the Nordic spirit in one of the two adorable Tea Houses. In these small wooden houses tea is drank sitting on the floor on cushions, facing a bay window revealing the city. Notice to the undecided, the list of teas is maddening! I advise Pavasaris (Spring, in Latvian), with peanut cake stuffed with caramel.

gateauthé

Madara Thé

Tea House

ruban latvia

Pour terminer, voici une série de photos argentiques prises dans les rues de la vieille ville, ainsi qu’en périphérie de Riga, en s’aventurant le long des voies ferrées, entre octobre 2013 et avril 2014. Sans neige, car j’ai contourné le rude hiver letton!

Finally, here are analog pictures taken in the streets of the old city and in the outskirts of Riga, walking along the rails, between October 2013 and April 2014. Without snow, because I bypassed the harsh Latvian winter!

Au bord de la mer Baltique

Riga1 Riga2 Riga3 Riga4 Riga5

2 comments

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *