Romain Le Cordroch signe la nouvelle carte de MUMI

Romain Le Cordroch signe la nouvelle carte de MUMI

Le jeune Breton exprime sa bouillonnante créativité le long de menus en deux à six temps.

« Voyageuse, moderne, ludique ». Voici la façon dont Romain Le Cordroch définit sa cuisine. Le Chef  signe depuis quelques semaines la carte de MUMI, table ouverte en 2017 par Thibault Passinge à quelques pas du Louvre (et à quelques mètres seulement de l’excellent yam’Tcha). Le jeune trentenaire, passé pour la première fois derrière les fourneaux à seulement 20 ans, affiche un CV impressionnant, aussi long que brillant. Après L’Atelier à Arles (deux étoiles), le restaurant français de l’opéra de Sydney, Stiller’s Restaurant à Shangaï (une étoile), le Palace Cheval Blanc Isle de France à Saint-Barthélemy, le Royal Monceau ou encore le Violon d’Ingres et MaSa à Boulogne-Billancourt (une étoile), il a désormais carte blanche chez MUMI.

Surprises visuelles et gourmandes

A la fois malicieuses, inventives et empruntant aux saveurs du continent asiatique, ses assiettes jouent la carte de la surprise. Visuelle d’abord. Comme ces amuse-bouches que l’on cueille au milieu d’un plateau de bois recouvert de mousse de forêt, ou la violette satsumaimo, une patate douce japonaise sucrée comme une châtaigne servie ici en dessert. La première bouchée, elle aussi, est une surprise pour les papilles. A l’image de cette émulsion de bière accompagnant un croustillant artichaut au miel de sapin, ou ce dessert déclinant la banane sous toutes ses formes imaginables (caramélisée au sucre de palme, marinée au rhum et en pâte de fruit).

Romain Le Cordroch, alchimiste de talent

Défricheur et alchimiste de talent, le Chef réussit un parfait mélange des saveurs et des textures et joue la carte de la découverte de produits rarement vus à la carte des restaurants hexagonaux. Pour ce faire, il n’hésite pas à piocher parmi les trésors culinaires régionaux, voire planétaires. Œufs d’escargot dénichés en Pologne, requin faucheur pêché au large des îles Chausey, canard de Rouen, piment de Bresse, kinako (poudre de soja grillé), ou encore chocolat de Sao Tomé: rien n’est trop loin ni trop beau.  Pour davantage de plaisir en bouche, la maison propose un accord mets & vins ( 3 verres pour 27€, 4 verres pour 38€). Vu la liste longue comme le bras des bouteilles – toutes sourcées- on aurait tort de se priver!

Une carte appelée à se renouveler sans cesse

Destinée à évoluer très régulièrement (tous les dix ou quinze jours environ) en fonction des nouveaux sourcings du Chef, la carte offre la possibilité de déjeuners en deux, trois ou quatre temps ainsi que de dîners en quatre à six temps, toujours avec possibilité d’accords mets et vins. Rendez-vous du mercredi au samedi pour le service du midi et du mardi au samedi pour le service du soir.

Pour qui: les amateurs de surprises, ouverts aux saveurs inconnues.
Combien: Menus de 33€ à 76€.
Avec qui: Pour un dîner romantique ou un déjeuner avec ses beaux-parents.

Infos pratiques:
MUMI
14 rue Sauval
75001 Paris
réservations

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *